La lenteur des mouvements dans la pratique du Taï Chi Chuan et du Qi Gong, (qui énervent certains pratiquants et leur fait croire que ces disciplines sont plutôt pour des personnes âgées), est au contraire l'expression du contrôle en pleine conscience de notre énergie interne.

logo fede qi

Séance de Taï Chi pour la fête hollandaise au mont Beuvray dans le Morvan en Juillet 2016

DSCN3616

DSCN3599

3

DSCN3604

DSCN3610

DSCN3623 (1)

asie012

LES SECRETS DE SANTE ET DE LONGEVITE SELON LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE/
Obéir à la loi du Yin et du Yang (vivre en fonction du cycle des saisons et de l'endroit etc..).Pratiquer en douceur le shushu ( des exercices psychomoteurs comme ceux du Qi Gong). S'alimenter avec retenue, mener une vie régulière, ménager ses énergies vitales. Rechercher la
compagnie de personnes positives pour entretenir son plaisir de vivre"

  • Selon Confucius " hommes vertueux vivent plus longtemps que les autres" . Pourquoi en serait-il ainsi? Dong  Zhongshu  ( 179/104 av J.C ) y répond ainsi: "c'est parce  qu'ils ont le coeur pur, paisible et loyal et qu'ils savent s'inspirer des plus belles qualités du monde pour se cultiver.". Et , à  l'époque  des  Ming , Wang Wenlu,  médecin, exprima une opinion analogue en déclarant que " la bonté assure une bonne circulation des Souffles (des énergies vitales) dans l'organisme". L'ouvrage : Le Classique de la Médecine interne permet de comprendre également cette  vérité exprimée à l'origine par Confucius en expliquant que " un état de colère nuit au foie, qu'une extase trop grande peut porter atteinte au coeur, que l'anxiété  blesse la rate et que la tristesse affecte les poumons.

Banniere_Daoyin_avec_rouleaux_2

                        LA BANNIERE DE MA WANG DUI

En 1973, dans un tombeau antique découvert à Ma Wang Dui, situé à Changsha, province de Hunan, ont été trouvées des rouleaux de peintures sur soie,  datant de plus de 2000 ans représentant des exercices de Qi Gong (toujours pratiqués aujourd'hui) avec leurs indications thérapeutiques.

Déjà introduit au sein de services hospitaliers, maisons de retraites et associations telles que la Ligue contre le cancer, le Qi Gong se développe comme un vrai « sport santé » auprès des seniors. Un colloque organisé à Paris, le 16 novembre dernier, par la fédération des Enseignants de Qi Gong, Art Energétique (FEQGAE) a souligné l’efficacité indéniable de cette gymnastique énergétique dans la prévention des chutes auprès des personnes âgées.

Comme les personnes âgées, le Qi Gong est… ancien.Cette pratique énergétique est issue de la médecine traditionnelle chinoise. Elle a plus de 5000 ans. Son nom vient de la combinaison de deux idéogrammes : Qi (souffle) et Gong (travail). Ce travail par la respiration favorise la circulation des flux énergétiques dans le corps. C’est l’activité anti-performance parfaite puisqu’il n’y a aucun rapport de force dans le Qi Gong où les mouvements sont lents et très doux, fluides et précis, rythmés par le souffle. Cette pratique détend et favorise une meilleure connaissance des sensations du corps. Elle est donc particulièrement recommandée aux séniors.

Yves Réquéna, médecin acupuncteur et enseignant (www.yves-requena.com) a témoigné de son efficacité pour cette population. « En fait, tout le monde peut pratiquer. J’ai un débutant qui a 78 ans, constate-t-il. Des personnes qui ont une mobilité très réduite ou quasiment réduite et qui ont du mal à se déplacer suivent des cours. Celles qui ont une maladie chronique ou sévère comme la polyarthrite rhumatoïde ou des séquelles d’accidents cérébraux le peuvent aussi. La pratique peut débuter à tout moment et évolue au fil du temps. Elle va apporter un confort et un meilleur équilibre, elle agit également sur le stress. La personne va récupérer de la mobilité et peut se réconcilier avec son corps à travers la confiance qu’elle va retrouver.
Et puis, ajoute-t-il, il y a le plaisir ! Le goût de la vie et de profiter des choses va augmenter. Des études scientifiques ont prouvé que cette activité a une action sur la dépression liée à l’âge. Or, on estime que 50% des personnes âgées sont déprimées. » Certains mouvements permettent même de diminuer les chutes chez les personnes âgées. « Il s’agit d’un ensemble d’exercices qui consiste à être debout en position immobile ou en marche, précise Yves Réquéna, également auteur de nombreux livres sur le sujet (*). Soit en position debout, immobile sur un pied, soit en marche lente, ce qui permet au cerveau de réintégrer les réflexes entre la cheville et lui-même et donc de coordonner la marche. Cet exercice doit être fait régulièrement.

LiChing-Yuen11

519159292

LA PREUVE QUE LE QI GONG EST BIEN UN ART DE LONGEVITE!

Le plus vieil homme du monde âgé de 256 ans brise le silence avant sa mort et révèle tous ses secrets

Publié le 25 mai 2016 par lord sebastien vergnaud

Selon un article du New York Times paru en 1930, Wu Chung-chieh, professeur émérite de l’université de Chengdu, a découvert des manuscrits du gouvernement impérial chinois en date de 1827 qui félicicent Li Ching-Yuen pour son 150ème anniversaire et d’autres documents attestent qu’il a aussi été félicité pour son 200ème anniversaire en 1877. En 1928, un correspondant du New York Times a affirmé que plusieurs personnes âgées originaires du quartier de Li ont déclaré que leurs grands parents le connaissaient quand ils étaient encore petits, et qu’à cette période Li était déjà un adulte.

Li Ching Yuen aurait commencé sa carrière d’herboriste à l’âge de 10 ans, où il a rassemblé des herbes des chaînes montagneuses et a appris à connaitre leur puissance en matière de longévité. Pendant près de 40 ans, il a survécu grâce à un régime d’herbes telles que le lingzhi, la baie de goji, le ginseng sauvage, l’il Shoo wu et le gotu kola ainsi que le vin de riz. En 1749, à l’âge de 71 ans, il rejoint les armées chinoises en tant que professeur d’arts martiaux. Li a dit être un personnage bien-aimé de sa communauté, qui s’est marié 23 fois et a engendré plus de 200 enfants.

Selon les récits généralement reconnus et racontés dans sa province, Li a été en mesure de lire et d’écrire quand il était encore un enfant en bas age, et à l’occasion de son dixième anniversaire il a voyagé en Kansu, Chansi, au Tibet, à Annam, dans l’empire Siam et la Mandchourie pour récolter des herbes. Pendant ses cent premières années, il a poursuivi les recherches de sa profession. Puis il est passé à la vente d’herbes recueillies par d’autres personnes.Selon l’un des disciples de Li, il avait une fois rencontré un individu vieux de plus de 500 ans, l’homme, qui lui a enseigné les exercices Qigong et qui lui a recommandé une diététique et un régime particulier qui l’aideraient à prolonger son espérance de vie pour passer outre les limitations humaines. En dehors de Qigong et d’un régime d’herbes riches, que pouvons-nous apprendre de ce maître de la longévité?

Que dites-vous de cela: Sur son lit de mort, Li a dit « j’ai fait tout ce que je devais faire dans ce monde. »Se pourrait-il que ses dernières paroles pacifiques fassent allusion aussi à l’un des plus grands secrets pour une vie longue et prospère? Il est intéressant de noter qu’en Occident, nous avons souvent appris à croire que le vieillissement est quelque chose qui doit être « combattu » avec des dispositifs et appareils technologiques.